Loader

S'il vous plaît, attendez...

Canadian Pharmacists Association
Canadian Pharmacists Association
Partager
Facebook Share
Twitter Share
LinkedIn Share
Google Plus Share
Email Share

Harmonisation du champ d'exercice des pharmaciens canadiens 2020 se concentrera sur la gestion des opioïdes par les pharmaciens

L’Association des pharmaciens du Canada lance l’Initiative des pharmaciens pour la gestion des opioïdes comme premier domaine d’action de l’HCEPC 2020

Harmonisation du champ d’exercice des pharmaciens canadiens (HCEPC) 2020, l’initiative par laquelle l’APhC aspire à définir, à décrire et à élaborer pour les pharmaciens un champ d’exercice national dynamique et harmonisé, concentre ses efforts sur un domaine thérapeutique précis et très à-propos avec le lancement de l’Initiative des pharmaciens pour l’intendance des opioïdes (IPIO).

Cette initiative pluriannuelle permettra, dans le travail initial de HCEPC 2020, de réunir des données pour montrer l’intérêt des services des pharmaciens et leurs avantages pour les patients dans l’intendance des opioïdes dans quatre domaines du champ d’exercice : la prescription, la délivrance, les dépistages sanitaires et l’autorité administrative. Armée de ces données, la profession sera en meilleure position pour convaincre les gouvernements d’harmoniser le champ d’exercice en ce qui concerne les services offerts par les pharmaciens dans la gestion des traitements aux opioïdes de leurs patients.

L’épidémie d’opioïdes est l’une des crises sanitaires les plus difficiles et les plus complexes que connaisse aujourd’hui le Canada. Les opioïdes ont tué plus de 14 000 Canadiens au cours des quatre dernières années et près de 20 000 personnes ont été hospitalisées pour une intoxication aux opioïdes.
« Les pharmaciens sont les professionnels de la santé les plus accessibles et ils pourraient combler une lacune

essentielle du système. Ils sont souvent les premiers prestataires de soins de santé à observer des signes de troubles liés à la consommation d’opioïdes », déclare Shelita Dattani, directrice, Développement de la pratique et application des connaissances, APhC. « Beaucoup aident déjà en optimisant le traitement aux opioïdes de patients. Pour cela, ils procèdent à une évaluation de la douleur, à un examen des médicaments, à une surveillance des interactions, à l’administration de médicaments, appliquent les exemptions pour la prescription de suboxone et de méthadone, veillent à ce que les doses soient appropriées et consultent au sujet du changement d’opioïdes ou de la réduction des doses prescrites. »

L’APhC recommande vivement de donner plus de possibilités et de soutiens aux pharmaciens dans la gestion des traitements aux opioïdes, notamment de les inscrire sur la liste des praticiens au sens de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances (LRCDAS), ce qui élargirait leur champ de prescription et d’adaptation des opioïdes pour leurs patients.

« À cause de la pandémie de COVID-19, Santé Canada accorde des exemptions temporaires en vertu de la LRCDAS, ce qui permet d’offrir une continuité de soins à certains des Canadiens les plus vulnérables et nous aide à faire en sorte que leurs soins ne soient pas interrompus, surtout en cette période où ils se sentent probablement plus stressés, plus angoissés et plus isolés , ajoute Dattani.

Grâce à ces exemptions, les pharmaciens peuvent servir leurs patients en prolongeant des ordonnances, en transférant à d’autres pharmaciens, en recevant des ordonnances verbales et en autorisant d’autres employés de pharmacie à livrer des substances réglementées prescrites à des patients, chez eux ou là où ils se trouvent. Dans certaines provinces, les pharmaciens sont également autorisés à présent à adapter (c.-à-d. à modifier la posologie, la préparation ou le régime posologique) des drogues et des substances réglementées prescrites afin d’aider à soigner leurs patients.

« Pour que cette initiative porte ses fruits, nous avons un plan axé sur une communication solide et une forte mobilisation de la communauté des pharmaciens et au-delà, afin d’être tous les ambassadeurs d’une harmonisation totale du champ d’exercice pour améliorer la santé des Canadiens », explique Dattani.

Ce travail suppose une mobilisation de la communauté des pharmaciens, d’autres prestataires de santé, des patients, du public et des gouvernements pour faire comprendre en quoi le travail de l’IPIO peut répondre à leurs besoins. Selon Dattani, cette initiative – et ses éléments de preuve fondamentaux, ses outils et ses ressources – favorisera et permettra des mesures provinciales et nationales visant à élargir et à harmoniser le champ d’exercice dans le pays en ce qui concerne les exemptions accordées en vertu de la LRCDAS, y compris la possibilité d’adapter les prescriptions. Le travail réalisé dans le cadre de l’IPIO permettra aussi de repérer d’autres domaines où les pharmaciens peuvent contribuer aux soins des patients.

« Nous voulons nous servir de l’Initiative des pharmaciens pour l’intendance des opioïdes comme modèle pour de futures étapes du travail de HCEPC 2020, autrement dit, pour adopter une approche axée sur les besoins des patients et du système de santé afin de cerner des domaines prioritaires ultérieurs », conclut Shelita Dattani.