Loader

S'il vous plaît, attendez...

Canadian Pharmacists Association
Canadian Pharmacists Association
Partager
Facebook Share
Twitter Share
LinkedIn Share
Google Plus Share
Email Share

Prix du centenaire de l'APhC

En reconnaissance à un étudiant ou une étudiante membre de l'APhC, en troisième année (deuxième année à l'University of Waterloo) d'un programme de quatre ans, pour sa promotion active de la profession et de sa faculté de même que pour l'excellence de ses résultats scolaires.

Prix commandité par la Banque Scotia.

Monique Theriault, Université de la Colombie-Britannique

Avant d’entrer en pharmacie, Monique Theriault a fait un baccalauréat ès sciences à l’Université de l’Alberta, double majeure en sciences biologiques et psychologiques. Elle a toujours su qu’elle voulait une carrière en sciences de la santé, mais ce n’est que lorsqu’elle est revenue d’un voyage à Taïwan, où elle a enseigné quelque temps, qu’elle a opté pour la pharmacie. Dans ses études à l’Université de la Colombie-Britannique, Mme Theriault aime beaucoup s’engager auprès des patients et travailler avec eux à la détermination de priorités. « La diversité des gens, des discussions et des situations à résoudre me stimule grandement », explique-t-elle. À mesure que les pharmaciens s’intègrent de plus en plus dans la pratique clinique, Mme Theriault est d’avis que les niches et sous-spécialités à explorer sont innombrables, donnant lieu à un incroyable éventail de nouveaux rôles. Elle dit qu’une des compétences essentielles au travail des pharmaciens dans l’avenir sera la capacité d’être à l’aise avec l’inconnu, et même de l’accueillir à bras ouverts. Lorsqu’elle n’étudie pas ou qu’elle ne fait pas du bénévolat pour l’ACEIP, Mme Theriault aime bien l’écriture, le hula- hoop et l’exploration.

Sean Hanson, Université de l’Alberta

Sean Hanson vient de Medicine Hat, en Alberta, où il a travaillé en tant qu’étudiant en pharmacie au cours de l’été. Il a connu la profession de la pharmacie tôt dans la vie puisque son père était pharmacien-propriétaire-exploitant dans la collectivité.
M. Hanson a toujours su qu’il s’intéressait aux soins de santé, mais c’est en discutant avec son père du champ de pratique élargi en Alberta qu’il a compris que la pharmacie était la carrière qu’il voulait. Tout au long de ses études, il a participé aux activités de l’Alberta Pharmacy Students’ Association, d’abord à titre de vice-président externe, puis en tant que président de l’association. Il a également eu le privilège de siéger à titre d’étudiant au conseil d’administration de l’Alberta Pharmacists’ Association, en plus d’avoir participé aux efforts de promotion du nouveau cadre de pratique de l’Alberta.

Shivani Trivedi, Université de la Saskatchewan

Shivani Trivedi est née et a grandi à Winnipeg, au Manitoba. C’est lorsqu’elle étudiait la biochimie à l’Université de Winnipeg qu’est née sa passion pour les soins de santé. Elle a donc déménagé à Saskatoon pour étudier la pharmacie à l’Université de la Saskatchewan. Étudiant la pharmacie depuis trois ans, Mme Trivedi consacre son temps à rehausser l’expérience parascolaire de ses collègues étudiants et à promouvoir la profession. Elle fait montre de son leadership au sein de conseils locaux et nationaux à titre de représentante de l’ACEIP, donnant une voix aux 350 étudiants de son établissement. Mme Trivedi est ravie de voir la profession de la pharmacie évoluer, et est d’avis que le volet le plus crucial de cette évolution est la prestation de soins centrée sur le patient. L’étudiante est reconnaissante envers tous ceux et celles qui ont influencé son expérience à l’école de pharmacie, qui l’ont inspirée, et qui ont eu une incidence sur la pharmacienne qu’elle sera bientôt. Elle entend continuer de se concentrer sur toutes les occasions où elle peut mettre à profit sa passion pour améliorer la qualité de vie des patients.

Kelly Yeo, Université du Manitoba

Kelly Yeo a grandi dans la petite collectivité de Stonewall, au Manitoba. Après avoir eu le privilège de pouvoir observer quelques pharmaciens à une pharmacie de sa région, elle a aussitôt su ce qu’elle voulait faire dans la vie. Elle dit souvent aux gens que c’est là la meilleure décision qu’elle n’ait jamais prise. En parallèle à ses études à la faculté de pharmacie de l’Université du Manitoba, Mme Yeo a participé à des activités de défense de la profession aux côtés de ses collègues représentants du Manitoba à l’ACEIP, ce qui a rapidement fait croître sa passion pour la pharmacie. Son plus grand souhait est de transmettre cette passion à d’autres, afin de propulser cette merveilleuse profession vers de nouveaux sommets!

Onella Pereira, Université de Toronto

Onella Pereira est née au Koweït, et est arrivée à Scarborough, en Ontario, en 2001. Elle a fait un baccalauréat ès sciences à l’Université McMaster, avant de faire un doctorat en pharmacie à l’Université de Toronto. Passionnée par l’éducation et les soins de santé, Mme Pereira a tôt fait de comprendre que la pharmacie lui permettrait de marier ses deux passions pour l’amélioration des résultats de santé des patients. Pendant ses études à la faculté, elle a activement participé aux efforts de mobilisation des étudiants et de défense de la profession. À titre de vice-présidente de la Undergraduate Pharmacy Society, Mme Pereira a planifié le banquet d’accueil des nouveaux étudiants, les activités du Mois de la sensibilisation au travail du pharmacien, ainsi que le sommet intégratif annuel des étudiants en pharmacie de l’Ontario, à Niagara Falls. En sa qualité de future professionnelle de la santé, Mme Pereira croit que l’écoute des préoccupations des patients rehausse la valeur des services de qualité qu’offrent les pharmaciens. Elle est impatiente d’avoir une incidence positive sur les gens en faisant la promotion du changement, et d’explorer plus en profondeur le rôle diversifié des pharmaciens dans le paysage des soins de santé.

Naushin Hooda, Université de Waterloo

Naushin Hooda est née et a grandi à Toronto, en Ontario, et a été attirée par la pharmacie malgré la pléthore de parcours de carrière qui s’offrait à elle. En tant qu’étudiante en pharmacie, Mme Hooda a été présidente de la Society of Pharmacy
Students, à l’Université de Waterloo, et coordonnatrice principale de l’éducation et du rayonnement au conseil de l’ACEIP de sa région. Dans ses fonctions, elle a notamment coorganisé le sommet intégratif annuel des étudiants en pharmacie de l’Ontario, elle a participé à l’établissement du premier groupe d’étudiants en pharmacie oncologique au Canada, et a organisé des présentations destinées aux écoles primaires de son secteur. Ces projets ont nourri sa volonté de devenir une leader dans sa profession suivant l’obtention de son diplôme. Après avoir travaillé en pharmacie en Ontario, en Alberta et au Royaume-Uni, Mme Hooda souhaite maintenant appliquer les principes de la gestion de projets pour élaborer des solutions novatrices pour combler les lacunes du système de santé canadien, et ce, principalement en militant pour l’élargissement du champ de pratique des pharmaciens. Elle croit fermement à la valeur des défis, et est d’avis que l’avenir de la pharmacie doit reposer sur l’entrepreneuriat, l’innovation et l’adaptabilité, et sur une réaction proactive à la technologie qui a bouleversé les diverses industries.

Gabrielle Anhoury-Sauvé, Université Laval

Native de Montréal, au Québec, Gabrielle Anhoury-Sauvé a choisi la pharmacie parce qu’elle savait que c’était là une carrière qui lui permettrait de vraiment changer les choses. « De simples suivis ou de brèves consultations peuvent avoir une incidence réelle dans la vie de nombreux patients, et voir les résultats de telles interventions est ce qui me stimule le plus », explique-t-elle. En tant qu’étudiante en pharmacie à l’Université Laval, Mme Anhoury-Sauvé est représentante de l’Association canadienne des étudiants et internes en pharmacie (ACEIP) à l’International Pharmaceutical Students’ Federation (IPSF), en plus de coordonner le programme d’échange d’étudiants de l’IPSF. Elle a coprésidé le Congrès organisé conjointement entre les étudiants en pharmacie (COCEP) de 2018, un rassemblement de trois jours auquel participent plus de 500 étudiants québécois en pharmacie. Mme Anhoury-Sauvé est enthousiaste à propos de l’avenir de la pharmacie, et à l’idée d’entreprendre de nouveaux défis. « Étant les prestataires de soins les plus accessibles, les pharmaciens tiendront selon moi un rôle de plus en plus important dans le système de santé de demain. »

Katia Vo, Université de Montreal

Katia Vo vient de Montréal, au Québec. À la fin du cégep, elle était enthousiaste à l’idée d’entrer en pharmacie, étant d’avis que cette profession est une intéressante combinaison de connaissances médicales, d’entrepreneuriat et de soins aux patients. Mme Vo voit l’avenir de la profession avec optimisme, et est continuellement impressionnée par le potentiel
d’innovation et d’excellence que présente la pharmacie. Adhérant à une idéologie de responsabilité sociale et écologique et défendant le commerce équitable ainsi que les produits biologiques et locaux, elle entend intégrer ces valeurs dans son travail éventuel et dans les services qu’elle offrira à sa clientèle. L’étudiante croit en outre que l’adoption des nouvelles technologies et la recherche de nouvelles façons d’en faire plus pour les patients feront briller les pharmaciens à mesure que la profession continuera d’évoluer. Elle affirme que le moment est idéal pour devenir pharmacienne, et elle est fière de pouvoir tenir un rôle d’agent de changement dans la définition de l’avenir de la pharmacie.

Kathleen MacMillan, Université Dalhousie

Kathleen MacMillan a grandi en regardant ses parents, deux professionnels de la santé, avoir une incidence positive sur la vie des gens, et a toujours voulu faire de même dans la vie. Originaire de Millerton, au Nouveau-Brunswick, elle a fait deux années en biochimie à l’Université Mount Allison avant de se tourner vers la pharmacie. À l’Université Dalhousie, elle a
contribué aux activités de clubs et de groupes interprofessionnels; elle a notamment été la cofondatrice et présidente du programme Because Everyone’s Ability Matters, présidente de la Dalhousie Health Sciences Students’ Association, et coordonnatrice de l’excellence du rendement à la clinique multidisciplinaire HOPES pilotée par des étudiants. Mme MacMillan a également siégé au conseil d’administration de la New Brunswick Pharmacists’ Association en tant qu’étudiante observatrice, a été vice-présidente, œuvres de charité et admissions, à la Dalhousie Student Pharmacy Society, et a été étudiante déléguée nationale à la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux. Après l’obtention de son diplôme, Mme MacMillan souhaite travailler au sein d’une équipe interdisciplinaire et offrir à ses patients les meilleurs soins qui soient.

Sarah Winsor, Université Memorial de Terre-Neuve

Sarah Winsor a grandi à St. John’s, à Terre-Neuve-et-Labrador. Elle est active sur le plan du militantisme à son université ainsi que dans la province, étant la présidente de la MUN Pharmacy Society (2017-2018), vice-présidente de l’éducation au sein du comité de planification de la semaine du perfectionnement professionnel de l’ACEIP de 2019, membre d’un sous-comité de la Pharmacists’ Association of Newfoundland and Labrador, et sera représentante des étudiants au Newfoundland & Labrador Pharmacy Board l’an prochain. Elle aime bien participer aux activités locales organisées par la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux (SCPH), et entend faire sa résidence dès l’obtention de son diplôme. En ce qui concerne l’avenir de la profession, Mme Winsor rêve que les pharmaciens soient représentés à la table de discussion pour toutes les décisions entourant les politiques de soins de santé. Elle est convaincue que, en leur qualité de professionnels de la santé empathiques, accessibles et dignes de confiance, les pharmaciens possèdent les qualités idéales pour représenter la voix des membres de toute la collectivité.