Loader

S'il vous plaît, attendez...

Canadian Pharmacists Association
Canadian Pharmacists Association
Partager
Facebook Share
Twitter Share
LinkedIn Share
Google Plus Share
Email Share

Cole Mondor

Pharmacien et propriétaire / gérant d'une pharmacie Mint Health+Drugs

Dans cette vidéo (en anglais seulement), Cole nous parle de son rôle dans la fourniture du traitement par agonistes opioïdes à ses patients du centre-ville d’Edmonton. Pleins feux sur la gestion des opioïdes est une série réalisée pour l’Initiative des pharmaciens pour la gestion des opioïdes dans le cadre de l’Harmonisation du champ d’exercice des pharmaciens canadiens 2020.

Questions et réponses avec Cole

Vous fournissez à certains patients un traitement par agonistes opioïdes. Quelle est l’incidence de cette activité sur votre travail de pharmacien communautaire?

La gestion du traitement par agonistes opioïdes constitue une part importante de l’activité de ma pharmacie du centre-ville d’Edmonton. Notre rôle consiste à faciliter, plutôt qu’à régenter, le cheminement de nos patients vers leur rétablissement et la résolution de leurs problèmes de toxicomanie et de dépendance. Nous évaluons la dépendance de nos patients aux opioïdes et nous leur apportons notre aide en ce qui concerne la formulation, le dosage et l’observance générale du traitement. Nous offrons à nos patients un espace sûr où nous les soutenons pour la pharmacothérapie et où nous leur donnons les moyens de jouer un rôle actif dans leur rétablissement.

Quels sont les besoins particuliers dans votre collectivité d’Edmonton?

Notre pharmacie est située dans le centre-ville d’Edmonton, qui compte une population particulièrement complexe constituée d’un grand nombre de sans-abri et de personnes ayant des problèmes de toxicomanie et de santé mentale. L’utilisation de drogues prises par voie intraveineuse, notamment d’opiacés, et les complications connexes sont un immense sujet de préoccupation. Ces dernières années, et surtout l’an dernier, nous avons constaté une augmentation significative du nombre d’incidents et de décès par surdose dans les environs. Compte tenu de ces problèmes, le traitement par agonistes opioïdes est une immense nécessité tant pour nos patients que pour le reste de la collectivité.

Quel rôle jouent les pharmaciens pour aider les patients ayant un trouble lié à l’utilisation des opioïdes?

Nous sommes l’un des acteurs les plus importants du cercle de soins qui aide un patient à résoudre son trouble lié à l’utilisation des opioïdes. Après le diagnostic initial posé par son fournisseur de soins primaires et prescripteur, c’est chez son pharmacien que le patient se rendra le plus souvent pendant toute la durée de son traitement. Dans notre pharmacie, il arrive souvent que les patients viennent une fois par jour, voire plus. Ces contacts réguliers nous donnent l’occasion de comprendre, entre autres, leur profil de consommation, leurs habitudes et les facteurs liés au mode de vie, autant d’éléments qui contribuent au tableau général de leur toxicomanie. Les fournisseurs de soins primaires de nos patients comptent sur nous pour surveiller les résultats de leur traitement et pour les informer de tout écart ou de tout sujet de préoccupation. Nous sommes heureux de travailler en aussi étroite collaboration avec les fournisseurs de soins primaires de nos patients.

Que signifie pour vous une « vision faisant des pharmaciens les garants de la bonne gestion des opioïdes »?

C’est une vision qui souligne notre rôle en tant que fournisseurs de soins de santé accessibles qui peuvent rencontrer leurs patients là où ils se trouvent afin de les aider à résoudre leur problème de consommation d’opioïdes et aussi de les accompagner pour surmonter les obstacles à leur rétablissement. Cette vision est particulièrement pertinente pour les pharmaciens qui interagissent avec leurs patients de manière régulière, si pas quotidienne, par rapport aux autres membres de l’équipe de soins de santé. En tant que garants de la bonne gestion des opioïdes, les pharmaciens pourront optimiser le traitement par agonistes opioïdes en modifiant les doses et en renouvelant les prescriptions, et ils le feront en se fondant sur l’évaluation des patients et le profil de consommation observé quand leurs patients viennent les voir.

Que faut-il pour concrétiser cette vision des pharmaciens en tant que garants de la bonne gestion des opioïdes?

L’ajout de la gestion des opioïdes au champ d’exercice des pharmaciens contribuerait largement à la concrétisation de cette vision. De plus, une collaboration interprofessionnelle soulignant le rôle des pharmaciens dans l’équipe de soins de santé aiderait aussi à faire des pharmaciens les garants de la bonne gestion des opioïdes.

Qu’est-ce qui vous a incité à proposer ces services?

Nous sommes les professionnels des soins de santé les plus accessibles de notre collectivité et, à ce titre, il n’a pas fallu beaucoup nous pousser pour fournir des services dont la nécessité nous apparaissait criante. Étant donné la persistance de la crise des opioïdes, nous avons aussi compris que notre capacité à agir rapidement et efficacement était absolument vitale. Nous devons adapter notre pratique afin de tenir compte du bien-être des membres de notre collectivité, parce qu’il s’agit souvent d’une question de vie ou de mort.

Quelle est l’incidence de votre travail sur vos patients?

Je crois sincèrement que les services que nous proposons ont une profonde incidence sur le rétablissement des patients dépendants aux opioïdes. De plus, les membres de notre équipe servent de confidents et aident les patients à se rétablir sans porter le moindre jugement. Ils servent aussi d’intermédiaires en aiguillant les patients vers diverses ressources communautaires, comme les travailleurs sociaux, les services d’hébergement et d’alimentation ainsi que les établissements de désintoxication et de traitement. Nos patients comptent sur nous pour les aider à accéder aux ressources dont ils ont besoin pour survivre.

Que vous disent vos patients?

Nous recevons des commentaires positifs de nos patients qui suivent actuellement un traitement par agonistes opioïdes. Nos patients apprécient notre équipe pour les soins et le soutien qu’elle fournit et pour sa foi inébranlable dans leur capacité à se rétablir malgré leur parcours souvent tumultueux.

Quels conseils donneriez-vous aux pharmaciens qui souhaitent fournir à leurs patients un traitement par agonistes opioïdes?

Il est important de comprendre que les patients ont des vécus différents et des mécanismes d’adaptation différents qui ont pu déclencher leur consommation d’opioïdes ou d’autres substances. Nous conseillerions à ces pharmaciens de réfléchir à leurs préjugés sous-jacents en ce qui concerne la consommation de substances et de ne pas se forger d’idée préconçue sur le mode de vie d’une personne en se fondant sur le traitement suivi par celle-ci. Nous leur recommanderions aussi d’inciter leurs patients à jouer un rôle actif et participatif dans leurs soins de santé. Il est indispensable de fournir des soins en faisant preuve d’empathie et en tenant compte des traumatismes subis afin de donner aux patients les moyens de reprendre le contrôle de leur vie.

Pleins feux sur la gestion des opioïdes est une série continue en appui à l’Initiative des pharmaciens pour la gestion des opioïdes dans le cadre de l’Harmonisation du champ d'exercice des pharmaciens canadiens (HCEPC) 2020.