Loader

Please wait...

Canadian Pharmacists Association
Canadian Pharmacists Association
Share
Facebook Share
Twitter Share
LinkedIn Share
Google Plus Share
Email Share

RPC Meilleur article de l'année

Ce prix est décerné tous les ans par le Comité consultatif de rédaction de la RPC au manuscrit considéré le plus susceptible d’influer positivement sur la pratique de la pharmacie.

Paul A.M. Gregory et Zubin Austin

Le meilleur article de l’année de la Revue des pharmaciens du Canada pour 2016 porte sur une recherche originale et novatrice qui examine comment la confiance est accordée dans le cadre de relations interpersonnelles, particulièrement dans le cas des interactions entre les pharmaciens et les médecins.

Les auteurs, Paul A.M. Gregory et Zubin Austin, de la Faculté de pharmacie Leslie Dan de l’Université de Toronto, ont publié l’article intitulé « Trust in interprofessional collaboration: Perspectives of pharmacists and physicians » dans la livraison de juillet-août 2016 de la RPC.

Comme les soins aux patients administrés en collaboration sont de plus en plus courants, on présume qu’une telle collaboration ne peut être qu’avantageuse et que les professionnels trouveront le moyen de travailler en harmonie les uns avec les autres dans différents contextes. Mais les auteurs de cette étude ont noté une disparité intéressante dans la façon dont la confiance est accordée dans le cas des collaborations en matière de soins primaires. Dans le cas des pharmaciens, ils semblent accorder leur confiance aux médecins en fonction de leurs titres, de leurs diplômes, de leur statut et de leur autorité, tandis que les médecins de famille accordent leur confiance en fonction des compétences et du rendement. Ces différences risquent de créer des tensions entre les professionnels lorsque les attentes de confiance réciproque ne sont pas comblées et pourraient avoir un impact négatif sur la collaboration et le travail d’équipe. L’acquisition de connaissances sur la façon dont les différentes professions conçoivent la notion de « confiance » pourrait renforcer la collaboration, mener à la formation d’équipes plus efficaces et améliorer les soins offerts aux patients.